Michel Houellebecq, romancier I.

L’Extension du domaine de la lutte de Michel Houellebecq

Dans cet article bref, je voudrais souligner quelques idées récapitulatives qui venaient à mon esprit pendant la relecture.

« Le libéralisme économique, c’est l’extension du domaine de la lutte, son extension à tous les âges de la vie et à toutes les classes de la société. De même, le libéralisme sexuel, c’est l’extension du domaine de la lutte, son extension à tous les âges de la vie et à toutes les classes de la société. »

L’Extension du domaine de la lutte est sorti en 1994 chez les Éditions Maurice Nadeau. Dans ce roman, l’auteur raconte la vie d’un jeune cadre (analyste-programmeur), âgé de 30 ans. Malgré son travail assez bien rémunéré et moyennement prestigieux, il se trouve dans un état marginal est dépressif. La source de son angoisse et son échec total dans le domaine de la sexualité. Il n’attire pas du tout les femmes à cause de sa laideur, il ne réussit pas à se débrouiller dans cette société entièrement régnée par les lois capitalistes. Ces lois donnent le rythme de la vie économique, mais aussi de la vie sexuelle, sociale. Le narrateur refuse cette lutte, il se place dans une position d’observateur résigné et considère la vie en tant qu’étranger, comme une sorte de flâneur mélancolique. La solitude et la sensation de l’universelle vacuité, la haine s’accumulent et provoquent des symptômes physiques qui restent loins de la douce mélancolie : vomissement, dépression, maladie. Le corps du narrateur devient morcelé et s’efface de plus en plus :

« Voire les jambes comme des objets séparés, loin de son esprit, auquel elles seraient reliées plus ou moins par hasard, et plutôt mal. »

L’auteur nous retrace la souffrance d’un personnage qui est victime du libéralisme occidental. La relation homme-femme est un des terrains de combat représenté. La lutte des classes s’étend sur la sexualité avec l’émergence du féminisme et la sélection des hommes les plus performants. Comme si les lois de la nature, la hiérarchie, prendraient une nouvelle forme dans cette lutte. Le roman est plein de comparaisons et de métaphores de base animalière pour ramener l’humanité au niveau des bêtes et la dépriver de sa supériorité réclamée. Les passages suivants expriment à la fois la distanciation du narrateur et le parallèle animal-humain :

« Elle ne pouvait qu’assister, avec une haine silencieuse, à la libération des autres ; voir les garçons se presser, comme des crabes, autour du corps des autres ; sentir les relations qui se nouent, les expériences qui se décident, les orgasmes qui se déploient ; vivre en tous points une autodestruction silencieuses auprès du plaisir affiché des autres. »

Le narrateur reste dans sa position périphérique et observe les autres avec le mélange contradictoire de mépris et de jalousie.

« Autant observer les homards qui se marchent dessus d’un bocal (il suffit, pour cela, d’aller dans un restaurand de poissions). Du reste, je fréquente peu les êtres humains. »

Le personnage principal se situe dans un état d’entre-deux. Il est vivant, mais il ne le veut pas être et pense beaucoup à la mort et plus particulièrement au suicide. Au point culminant de son angoisse, il essaie même de pousser son collègue/ami au meurtre d’un autre homme.



Citer ce billet
Imola Toth (2020, 26 janvier). Michel Houellebecq, romancier I. Intermédialité et littérature contemporaine. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qylj

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search