Michel Houellebecq, romancier I.

L’Extension du domaine de la lutte de Michel Houellebecq

Danc cet article bref, je voudrais souligner quelques idées récapitulative qui venaient à mon esprit pendant le relecture.

« Le libéralisme économique, c’est l’extension du domaine de la lutte, son extension à tous les âges de la vie et à toutes les classes de la société. De même, le libéralisme sexuel, c’est l’extension du domaine de la lutte, son extension à tous les âges de la vie et à toutes les classes de la société. »

L’Extension du domaine de la lutte est sorti en 1994 chez les Éditions Maurice Nadeau. Dans ce roman, l’auteur raconte la vie d’un jeune cadre (analyste-programmeur), âgé de 30 ans. Malgré son travail assez bien rémunéré et moyennement prestigieux, il se trouve dans un état marginal est dépressif. La source de son angoisse et son échec total dans le domaine de la sexualité. Il n’attire pas du tout les femmes à cause de sa laideur, il ne réussit pas à se débrouiller dans cette société entièrement régnée par les lois capitalistes. Ces lois donnent le rhytme de la vie économique, mais aussi de la vie sexuelle, sociale. Le narrateur refuse cette lutte, il se place dans une position d’observateur résigné et considère la vie en tant qu’étranger, comme une sort de flâneur mélancolique. La solitude et la sensation de l’universelle vacuité, la haine s’accumulent et vétissent des symptômes physiques qui restent loins de la douce mélancolie : vomissement, dépression, maladie. Le corps du narrateur devient morcelé et s’efface de plus en plus :

« Voire les jambes comme des objets séparés, loin de son esprit, auquel elles seraient reliées plus ou moins par hasard, et plutôt mal. »

L’auteur nous retrace la souffrance d’un personnage qui est victime du libéralisme occidental. La relation homme-femme est un des terrains de combat représenté. La lutte des classes s’étend sur la sexualité avec l’émergence du féminisme et la sélection des hommes les plus performants. Comme si les lois de la nature, la hiérarchie, prendraient une nouvelle forme dans cette lutte. Le roman est plein de comparaisons et de métaphores de base animalier pour ramener l’humanité au niveau des bêtes et la dépriver de sa supériorité réclamée. Les passages suivants expriment à la fois la distanciation du narrateur et le parallèle animal-humain :

« Elle ne pouvait qu’assister, avec une haine silencieuse, à la libération des autres ; voir les garçons se presser, comme des crabes, autour du corps des autres ; sentir les relations qui se nouent, les expériences qui se décident, les orgasmes qui se déploient ; vivre en tous points une autodestruction silencieuses auprès du plaisir affiché des autres. »

Le narrateur reste dans sa position préiphérique et observe les autres avec le mélange contradictoire de mépris et de jalousie.

« Autant observer les homards qui se marchent dessus d’un bocal (il suffit, pour cela, d’aller dans un restaurand de poissions). Du reste, je fréquente peu les êtres humains. »

Le personnage principal se situe dans un état d’entre-deux. Il est vivant, mais il ne le veut pas être et pense beaucoup à la mort et plus particulièrement au suicide. Au point culminant de son angoisse, il essaie même de pousser son collègue/ami au meurtre d’un autre homme.

La pratique de l’entretien par Marguerite Duras journaliste

Je viens d’assister à un séminaire doctoral à Budapest dans le CIEF (Centre Universitaires d’Études Françaises) dont l’invitée était Aliette Armel, écrivaine, critique littéraire, intervenante régulière de l’émission intitulée La compagnie des œuvres sur FranceCulture. Le titre du séminaire était « À la rencontre des écrivains contemporains ». Aliette Armel a proposé aux étidiants présents quelques sujets de recherches, y compris le mien : « La pratique de l’entretien par Marguerite Duras journaliste ».

Aliette Armel

Pour contextualiser le travail critique d’Aliette Armel, voici une liste de ses publications:
Essais
Marguerite Duras et l’autobiographie, Castor Astral, 1990, réédition 1996
Michel Leiris, Fayard, 1997 (biographie)
Marguerite Duras : les trois lieux de l’écrit, éd. Christian Pirot, coll. « Maisons d’écrivain », 1998
Les itinéraires de Michel Ragon, Albin Michel, 1999
Antigone (dir.), Autrement, coll. « Figures Mythiques », 1999
En compagnie de Marguerite Duras, Editions Le Passeur, 2018
Le Clézio l’homme du secret, Editions Le Passeur, 2019
Romans
Le Voyage de Bilqîs, Autrement, 2002 (prix Ouest), traduction en anglais et en italien
Le Disparu de Salonique, Le Passage, 2005
Le Pianiste de Trieste, Le Passage, 2008
Pondichéry à l’aurore, Le Passage, 2011

C’est donc ce séminaire doctorale qui m’a donnée l’occasion de travailler sur les entretiens de Marguerite Duras. J’ai choisi deux entretiens : un interview télévisé avec Jeanne Moreau, actrice emblématique des années 1960-1970 en France, et un interview paru en écrit avec Francis Bacon, peintre irlandais.

La société des années 60

Comme les deux entretiens ont eu lieu dans les années 1960 et au début des années 1970, il est indispensable de se rendre compte du contexte social, politique et culturel de cette période. Il s’agit d’une période très mouvementée : plusieurs guerres touchent la population du monde (Vietnam 55-75, Algérie 54-62). La construction du mur de Berlin commence en 1961, on est en pleine période de décolonisation, les États-Unis connait un énorme succès grâce aux premiers pas de l’homme sur la Lune. Une exposition universelle a lieu à Montréal en 1967. C’est une période de renversement et de commencement dans plusieurs domaines : la mode, la politique, la culture. Elle est caractérisée par la vitalité, l’audace et l’inventivité le temps des révolutions sexuelle, morale, artistique, culturelle. En France, c’est l’époque des Trente Glorieuses, une période de forte croissance économique qui comprend l’amélioration des conditions de vie aussi. Une des conséquences majeure est l’explosion démographique importante(le baby-boom). Les salaires et donc la consommation augmentent, cela concerne évidemment la consommation de la culture aussi. En France, une série d’événements a lieu nottement en mais de 1968 : des grèves et des manifestations se déroulent à Paris et ensuite dans tout le pays. Les manifestations sont déclanchées par les étudiants qui sentent et veulent exprimer l’insuffisance de l’enseignement supérieur.  Cette « révolution » est a la fois politique, culturelle et sociale. Il s’agit d’un mouvement qui se situe contre le pouvoir gaulliste, contre le capitalisme, pour la remise en cause des institutions traditionnelles. Le mécontentement a comme source la croissance du chômage et les clivages sociaux qui persistent. Il s’agit donc de la contestation de l’ordre existant. 

Marguerite Duras

Marguerite Duras

A part son travail romanesqe, cinématographique et théatral, Marguerite Duras mène une activité journalistique aussi jusqu’à la fin des années 1980. Elle a débuté sa carrière dans le journalisme dans les années 1950 chez France-Observateur, dont le successeur est Le Nouvel Observateur, avec des reportages. Elle travaillait régulièrement sur une émission télévisée intitulée Dim Dam Dom. Dans les années 1980, elle travaillait chez L’Autre Journal, un périodique français mensuel fondé en 1984 et édité par Michel Butel (écrivain, éditeur). Ses entretiens effectués avec Michel Platini (joueur de football) et Francois Mitterand (Président de la République) ont paru dans ce périodique. Elle a souvent effectué des collaborations avec Libération, y publiant quelques-uns de ses articles les plus célèbres. Dans ces articles, elle touche de divers sujets, par exemple des faits divers. Quant aux entretiens, elle s’intéresse à tout le monde : des littéraires, des hommes politiques, des réalisateurs, des acteurs/actrices.  

Le magazine des Dim(anches), de Dam(es) et D(h)om(mes)

C’est une émission de télévision française iconique des années 1960, destinée surtout à un public féminin. Le titre résume son concept. Dim Dam Dom a été diffusé une fois par mois le dimanche soir de 1966 jusqu’en 1970.  L’émission a en général une ambiance ludique. Les séquences sont présentées par des actrices, des chanteuses en vogue à ce temps-là. C’était une émission culte qui traitait des sujets centraux de l’époque. On consacrait régulierement des reportages à la mode. Les sujets de société liés à la vie quotidienne étaient fréquents aussi (les loisirs, les jeunes, les métiers). Dim Dam Dom a aussi permis aux jeunes talents de se présenter devant le public (Godard p. ex.).

Entretien télévisé avec Jeanne Moreau

Duras et Moreau pendant l’entretien
https://www.ina.fr/video/CPF07003942

Jeanne Moreau est actrice, chanteause, réalisatrice.  Elle obtient le prix d’interprétation féminine du Festival de Cannes 1960 pour Moderato cantabile de Peter Brook, d’après Marguerite Duras. Elle a déja un énorme succes à ce moment-là . Jeanne Moreau, alors qu’elle tourne “Mademoiselle” de Tony Richardson, répond aux questions de Marguerite Duras, dans le cadre de l’émission Dim Dam Dom. Le contentu de l’entretien ne fait pas du tout signe des intentions promotionnelles, elles ne parlent pas du film. Elle y parle du métier d’acteur, et de son amour pour le 7e art. A l’occasion de cet interview, Marguerite Duras reste dans une position un peu reculée, elle ne parle pas beaucoup. Il s’agit d’un montage, on n’entend pas les question posées par Duras, mais il semble que Duras oriente les sujets un peu autour le travail cinématographique de l’actrice, milieu connu par toutes les deux. Il peut être important de souligner qu’il s’agit de la mise en valeur de la carrière artistiqe de Jeanne Moreau- une femme, un détail incontournable, étant donné que l’émancipation des femmes devient une question centrale en Europe à cette époque. Le personnage féminin occupe aussi une position important dans l’écriture durasienne. Comme Duras et Moreau sont amies, l’ambiance de l’entretien semble être détendue et conviviale, Duras ose poser des questions de plus en plus intime, elles rient, elles fument. Jeanne Moreau explique des détails de ses quotidiens. La particularité de ce genre consiste dans le fait qu’on voit les visages des personnages. Dans ce cas-là, après quelques secondes, c’est uniquement le visage de Moreau qui est au centre. Le visage, les mimiques, les émotions vus nous transmettent des informations supplémentaires sur l’état d’âme de l’interviewée et rendent plus vivante l’expérience des spectateurs. Le visage de Moreau nous signale aussi une sorte de temporalité : le maquillage se déconstruit, elle a l’air de plus en plus fatiguée. Malgré que les questions soient coupées, on a l’impression que cet interview est un vrai dialogue. A un moment donné, J. Moreau pose aussi une question à Duras, mais la suite reste inconnue pour les spectateurs. Le cadre de l’entretien reste vraiment professionnel avec le milieu et le vouvoiment par exemple, mais le contenu reflète fortement des aspects personnels.

Entretien avec Francis Bacon

Francis Bacon devant son tryptique

Entretien disponible en ligne http://etyen.be/sites/default/files/professeur/m.duras_entretienavecfrancisbacon.pdf

Francis Bacon est un peintre irlandais connu pour ses portrais et tryptiques montrant des figures tordues et violentées. Les figures représentées par Bacon sont pliées et ravagées dans leur texture.  Il mettent en scène sa vie, lui-même, ses amis et exécutent des tableaux pour montrer son admiration pour les grands maîtres comme Vélasquez, Van Gogh, et Le Titien. Bacon est autodidacte, il n’a aucune formation dans le domaine artistique, il est solitaire et hors la loi par rapport aux tendences de l’époque. Il explique qu’il veut « peindre le cri plutôt que l’horreur ». Ce motif de cri revient régulièrement sur ses toiles.  L’entretien que j’ai choisi parait dans La Quinzeine Littéraire en 1971 à l’occasion de son exposition personnelle au Grand Palais à Paris et est ensuite repris dans le recueil Conversations. L’entretien est fait au diner du vernissage. Il parait que cet entretien est fortement atypique dans le contexte du travail journalistique de M. Duras. Elle laisse son interviewé s’exprimer librement et lui donne la possibilité de refléter sur le processus artistique. Bacon réussit à expliquer quelques notions qui sont indispensables pour comprendre son art : l’instinct, le hasard, la force, l’accident, la tâche, qui font tous référence à un travail créatif qui fait revenir le sujet dans le peinture. Pour pouvoir mettre en parallèle l’écriture durassienne et l’art de Bacon, ces concepts peuvent être révélateurs. L’écriture de Duras est aussi caractérisée par la forte présence des personnages, mais qui sont des personnages boulversés par la folie, insaisissable dans leur intégrité. Les personnages, féminins dans la plupart des cas, fournissent l’essence et rendent possible le déploiement du texte. Les figures de Bacon et de Duras sont tous poussées à l’extrême, dans un état presque animalier.

Pour entendre l’analyse d’Aliette Armel voici le lien de l’émission sur FranceCulture : https://www.franceculture.fr/emissions/la-compagnie-des-oeuvres/francis-bacon-44-presence-de-bacon

Par la suite de ce séminaire, j’ai plusieurs pistes de réflexion à suivre. Je trouverais énormément intéressant de travailler sur les pratiques d’entretien de Michel Houellebecq, qui est toujours présent dans la presse française et internatonale.

Intermédialité et littérature contemporaine

En tant que doctorante de l’École Doctorale de l’Université de Szeged, mon objectif serait de publier sur ce plateforme les différentes étapes et résultats de mes recherces. Je travaille actuellement dans le domaine de la littérature contemporaine française.
De l’intention de l’auteur d’une herméneutique romantique à « la mort de l’auteur » des structuralistes, la notion de l’auteur est de nouveau de l’actualité. Il est possible de repérer un déplacement de l’attention du public et de la critique de l’oeuvre vers la personne de l’auteur. En effet, le statut que l’on accorde à l’auteur est non seulement l’un des enjeux des plus importants dans les études littéraires, mais il devient problématique de nos jours avec le soi-disant retour d’une narration réaliste à la XIXe siècle. Il faut donc comprendre les caractéristiques du rôle assumé par les écrivains de l’époque postmoderne. L’auteur est un agir public dans le but de se présenter unique comme l’originalité et la singularité restent des critères de légitimation depuis l’époque de la Rennaissance. Mais avec l’arrivée de nouveaux médias, l’auteur a une plateforme plus élargie pour la constuction de son image. Le recours à ses dispositifs médiatiques augmentent la possibilité de faire entrer la personne dans le dispositif de l’oeuvre. La reconnaissance visuelle peut augmenter l’efficacité des gestes promotionnels. En plus, la recherche de la personne réelle transforme le rapport du lecteur à l’oeuvre.19 Le travail postural des écrivains est une réponse à une exigence double : ils sont censés assumer un rôle, celui de l’écrivain, et en même temps représenter une parole singulière. Bien évidemment, les apparitions médiatiques font partie intégrante de la création du masque, de ce halo sacral. De nombreux écrivains contemporains mettent en question les notions les plus problématiques des études littéraires, notamment la référentialité, l’auteur et la représentation. Ils ne se limitent pas à l’écriture, ils établissent une oeuvre cohérente à partir des films, des expositions, de la photographie et d’autres adaptations.