La pratique de l’entretien par Marguerite Duras journaliste

Je viens d’assister à un séminaire doctoral à Budapest dans le CIEF (Centre Universitaire d’Études Françaises) dont l’invitée était Aliette Armel, écrivaine, critique littéraire, intervenante régulière de l’émission intitulée La compagnie des œuvres sur FranceCulture. Le titre du séminaire était « À la rencontre des écrivains contemporains ». Aliette Armel a proposé aux étudiants présents quelques sujets de recherches, y compris le mien : « La pratique de l’entretien par Marguerite Duras journaliste ».

Aliette Armel

Les publications d’Aliette Armel:

Essais
Marguerite Duras et l’autobiographie, Castor Astral, 1990, réédition 1996
Michel Leiris, Fayard, 1997 (biographie)
Marguerite Duras : les trois lieux de l’écrit, éd. Christian Pirot, coll. « Maisons d’écrivain », 1998
Les itinéraires de Michel Ragon, Albin Michel, 1999
Antigone (dir.), Autrement, coll. « Figures Mythiques », 1999
En compagnie de Marguerite Duras, Editions Le Passeur, 2018
Le Clézio l’homme du secret, Editions Le Passeur, 2019
Romans
Le Voyage de Bilqîs, Autrement, 2002 (prix Ouest), traduction en anglais et en italien
Le Disparu de Salonique, Le Passage, 2005
Le Pianiste de Trieste, Le Passage, 2008
Pondichéry à l’aurore, Le Passage, 2011

C’est donc ce séminaire doctoral qui m’a donné l’occasion de travailler sur les entretiens de Marguerite Duras. J’ai choisi deux entretiens : un interview télévisé avec Jeanne Moreau, actrice emblématique des années 1960-1970 en France, et un interview paru en écrit avec Francis Bacon, peintre irlandais.

La société des années 60

Comme les deux entretiens ont eu lieu dans les années 1960 et au début des années 1970, il est indispensable de se rendre compte du contexte social, politique et culturel de cette période. Il s’agit d’une période très mouvementée : plusieurs guerres touchent la population du monde (Vietnam 55-75, Algérie 54-62). La construction du mur de Berlin commence en 1961, on est en pleine période de décolonisation, les États-Unis connait un énorme succès grâce aux premiers pas de l’homme sur la Lune. Une exposition universelle a lieu à Montréal en 1967. C’est une période de renversement et de commencement dans plusieurs domaines : la mode, la politique, la culture. Elle est caractérisée par la vitalité, l’audace et l’inventivité le temps des révolutions sexuelles, morale, artistique, culturelle. En France, c’est l’époque des Trente Glorieuses, une période de forte croissance économique qui comprend l’amélioration des conditions de vie aussi. Une des conséquences majeure est l’explosion démographique importante(le baby-boom). Les salaires et donc la consommation augmentent, cela concerne évidemment la consommation de la culture aussi. En France, une série d’événements a lieu notamment en mais de 1968 : des grèves et des manifestations se déroulent à Paris et ensuite dans tout le pays. Les manifestations sont déclanchées par les étudiants qui sentent et veulent exprimer l’insuffisance de l’enseignement supérieur.  Cette « révolution » est à la fois politique, culturelle et sociale. Il s’agit d’un mouvement qui se situe contre le pouvoir gaulliste, contre le capitalisme, pour la remise en cause des institutions traditionnelles. Le mécontentement a comme source la croissance du chômage et les clivages sociaux qui persistent. Il s’agit donc de la contestation de l’ordre existant. 

Marguerite Duras

Marguerite Duras

A part son travail romanesqe, cinématographique et théatral, Marguerite Duras mène une activité journalistique aussi jusqu’à la fin des années 1980. Elle a débuté sa carrière dans le journalisme dans les années 1950 chez France-Observateur, dont le successeur est Le Nouvel Observateur, avec des reportages. Elle travaillait régulièrement sur une émission télévisée intitulée Dim Dam Dom. Dans les années 1980, elle travaillait chez L’Autre Journal, un périodique français mensuel fondé en 1984 et édité par Michel Butel (écrivain, éditeur). Ses entretiens effectués avec Michel Platini (joueur de football) et Francois Mitterrand (Président de la République) ont paru dans ce périodique. Elle a souvent effectué des collaborations avec Libération, y publiant quelques-uns de ses articles les plus célèbres. Dans ces articles, elle touche de divers sujets, par exemple des faits divers. Quant aux entretiens, elle s’intéresse à tout le monde : des littéraires, des hommes politiques, des réalisateurs, des acteurs/actrices.  

Le magazine des Dim(anches), de Dam(es) et D(h)om(mes)

C’est une émission de télévision française iconique des années 1960, destinée surtout à un public féminin. Le titre résume son concept. Dim Dam Dom a été diffusé une fois par mois le dimanche soir de 1966 jusqu’en 1970.  L’émission a en général une ambiance ludique. Les séquences sont présentées par des actrices, des chanteuses en vogue à ce temps-là. C’était une émission culte qui traitait des sujets centraux de l’époque. On consacrait régulierement des reportages à la mode. Les sujets de société liés à la vie quotidienne étaient fréquents aussi (les loisirs, les jeunes, les métiers). Dim Dam Dom a aussi permis aux jeunes talents de se présenter devant le public (Godard p. ex.).

Entretien télévisé avec Jeanne Moreau

Duras et Moreau pendant l’entretien
https://www.ina.fr/video/CPF07003942

Jeanne Moreau est actrice, chanteause, réalisatrice.  Elle obtient le prix d’interprétation féminine du Festival de Cannes 1960 pour Moderato cantabile de Peter Brook, d’après Marguerite Duras. Elle a déja un énorme succes à ce moment-là . Jeanne Moreau, alors qu’elle tourne “Mademoiselle” de Tony Richardson, répond aux questions de Marguerite Duras, dans le cadre de l’émission Dim Dam Dom. Le contentu de l’entretien ne fait pas du tout signe des intentions promotionnelles, elles ne parlent pas du film. Elle y parle du métier d’acteur, et de son amour pour le 7e art. A l’occasion de cet interview, Marguerite Duras reste dans une position un peu reculée, elle ne parle pas beaucoup. Il s’agit d’un montage, on n’entend pas les questions posées par Duras, mais il semble que Duras oriente les sujets un peu autour le travail cinématographique de l’actrice, milieu connu par toutes les deux. Il peut être important de souligner qu’il s’agit de la mise en valeur de la carrière artistique de Jeanne Moreau- une femme, un détail incontournable, étant donné que l’émancipation des femmes devient une question centrale en Europe à cette époque. Le personnage féminin occupe aussi une position importante dans l’écriture durassienne. Comme Duras et Moreau sont amies, l’ambiance de l’entretien semble être détendue et conviviale, Duras ose poser des questions de plus en plus intime, elles rient, elles fument. Jeanne Moreau explique des détails de ses quotidiens. La particularité de ce genre consiste dans le fait qu’on voit les visages des personnages. Dans ce cas-là, après quelques secondes, c’est uniquement le visage de Moreau qui est au centre. Le visage, les mimiques, les émotions vus nous transmettent des informations supplémentaires sur l’état d’âme de l’interviewée et rendent plus vivante l’expérience des spectateurs. Le visage de Moreau nous signale aussi une sorte de temporalité : le maquillage se déconstruit, elle a l’air de plus en plus fatiguée. Quoique les questions soient coupées, on a l’impression que cet interview est un vrai dialogue. A un moment donné, J. Moreau pose aussi une question à Duras, mais la suite reste inconnue pour les spectateurs. Le cadre de l’entretien reste vraiment professionnel avec le milieu et le vouvoiement par exemple, mais le contenu reflète fortement des aspects personnels.

Entretien avec Francis Bacon

Francis Bacon devant son tryptique

Entretien disponible en ligne http://etyen.be/sites/default/files/professeur/m.duras_entretienavecfrancisbacon.pdf

Francis Bacon est un peintre irlandais connu pour ses portraits et triptyques montrant des figures tordues et violentées. Les figures représentées par Bacon sont pliées et ravagées dans leur texture.  Ils mettent en scène sa vie, lui-même, ses amis et exécutent des tableaux pour montrer son admiration pour les grands maîtres comme Vélazquez, Van Gogh, et Le Titien. Bacon est autodidacte, il n’a aucune formation dans le domaine artistique, il est solitaire et hors la loi par rapport aux tendances de l’époque. Il explique qu’il veut « peindre le cri plutôt que l’horreur ». Ce motif de cri revient régulièrement sur ses toiles.  L’entretien que j’ai choisi parait dans La Quinzaine Littéraire en 1971 à l’occasion de son exposition personnelle au Grand Palais à Paris et est ensuite repris dans le recueil Conversations. L’entretien est fait au diner du vernissage. Il parait que cet entretien est fortement atypique dans le contexte du travail journalistique de M. Duras. Elle laisse son interviewé s’exprimer librement et lui donne la possibilité de refléter sur le processus artistique. Bacon réussit à expliquer quelques notions qui sont indispensables pour comprendre son art : l’instinct, le hasard, la force, l’accident, la tâche, qui font tous référence à un travail créatif qui fait revenir le sujet dans la peinture. Pour pouvoir mettre en parallèle l’écriture durassienne et l’art de Bacon, ces concepts peuvent être révélateurs. L’écriture de Duras est aussi caractérisée par la forte présence des personnages, mais qui sont des personnages bouleversés par la folie, insaisissable dans leur intégrité. Les personnages, féminins dans la plupart des cas, fournissent l’essence et rendent possible le déploiement du texte. Les figures de Bacon et de Duras sont toutes poussées à l’extrême, dans un état presque animalier.

Pour entendre l’analyse d’Aliette Armel voici le lien de l’émission sur FranceCulture : https://www.franceculture.fr/emissions/la-compagnie-des-oeuvres/francis-bacon-44-presence-de-bacon

Par la suite de ce séminaire, j’ai plusieurs pistes de réflexion à suivre. Je trouverais énormément intéressant de travailler sur les pratiques d’entretien de Michel Houellebecq, qui est toujours présent dans la presse française et internationale.



Citer ce billet
Imola Toth (2020, 2 janvier). La pratique de l’entretien par Marguerite Duras journaliste. Intermédialité et littérature contemporaine. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qyli

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search